Préparer son départ pour la maternité

Photographie de grossesse devant un berceau de bébé vintage

J’ai voulu écrire cet article, d’une pour rassurer les jeunes futures mamans, de deux parce que j’ai une certaine expérience en la matière, ayant déjà eu 4 enfants. J’ai eu beau en avoir 4, chacun de mes accouchements ne s’est jamais déroulé de la même façon. Il y a par contre un facteur invariable, c’est l’organisation.

Comment organiser son accouchement ?

La fameuse valise

On est pressée de la boucler, cette jolie petite valise qui trônera 2 mois dans l’entrée de la maison. Elle est un peu comme une sorte de trophée. Elle est rassurante et marque la dernière ligne droite avant le grand jour. Pour autant, on est jamais sûre de savoir quoi y mettre. Voici donc ma propre liste, rien que pour vous :

Pour bébé :

  • 6 bodys (3 en naissance, 3 en 1 mois)
  • 6 pyjamas  (3 en naissance, 3 en 1 mois)
  • 6 bavoirs
  • sa tenue de naissance
  • 3 paires de chaussettes de naissance
  • 2 paires de chaussons de naissance
  • 2 ou 3 bonnets de naissance
  • des moufles de naissance
  • 2 gigoteuses + 1 petite couverture
  • une combinaison pour la sortie de la mater (peut être amené par papa le jour de la sortie)
  • 2 tétines si vous êtes pour l’utilisation de la tétine
  • des couches taille naissance (certaines maternités ne les fournissent pas)
  • du liniment oléo-calcaire
  • des carrés de coton, des lingettes
  • 1 brosse pour bébé, un thermomètre pour le bain
  • 2 ou 3 serviettes de bain à capuche (bébé risque de faire pipi ou caca dedans)

Pour maman :

  • 3 soutiens gorges
  • 2 ou 3 pyjamas avec ouverture facile si vous allaitez
  • 1 robe de chambre
  • 1 gilet
  • 2 leggings
  • des paires de chaussettes
  • des chaussons
  • Des slips jetables, mais moi j’ai acheté 6 culottes noires en coton et ça va très bien
  • Des serviettes périodiques, les plus grosses possible
  • Un gel lavant intime
  • 3 serviettes de toilette
  • 1 trousse de toilette (brosse à dent, dentifrice, brosse, élastiques ou pinces à cheveux, shampoing, gel douche, rasoir, sèche cheveux, maquillage (parce qu’on reçoit pas mal de visite) démaquillant, coton)
  • un chargeur de portable
  • un porte monnaie avec des pièces pour les distributeurs
  • des magazines
  • du Spasfon et du Doliprane… ils en fournissent à l’hôpital, mais parfois ils sont tellement débordés qu’ils ne sont pas toujours réactifs.

Pour maman allaitante

  • des soutiens gorges d’allaitement
  • un tube de crème castor equi 
  • des coussinets d’allaitement (en tissu de préférence, parce qu’elles sont lavables)
  • des bouts de seins en silicone (peuvent servir si bébé à du mal à téter, ou en cas de crevasses)

Lisez mon article pour réussir votre allaitement !

Les papiers administratifs

  • pièce d’identité
  • carte vitale
  • livret de famille
  • dossier pour la péridurale (groupe sanguin etc.)
  • carte bancaire

Ceci est ma propre liste, je l’ai affinée au fil de mes accouchements. Je vous conseille de faire une liste sur le frigo de choses à prendre à la dernière minute (le chargeur de portable, le sèche-cheveux etc.) il vous suffira de les rajouter à la valise entre deux contractions, cela évite de trop réfléchir.

Comment gérer les contractions à la maison ?

C’est le grand jour, vous sentez les contractions devenir douloureuses et se rapprocher. Il arrive que cela ne soit que du faux travail. En général on prend deux Spasfons, et ça s’arrête. Les vraies contractions je vous assures qu’on les sent passer ! Personnellement je marche beaucoup pendant le travail. La contraction me projette vite en avant. du coup je me retrouve à quatre pattes. C’est très glamour. Maintenant, je vous conseille si vous le pouvez de vous coucher sur le côté ou à quatre pattes, d’inspirer très fortement, et d’expirer longuement pour accompagner la contraction. Vous finirez par trouver votre rythme à condition de garder votre calme. J’ai testé la méthode lors de mon dernier accouchement sans péridurale.

Quand partir pour la maternité

Si vous perdez les eaux, partez à la mater sans vous poser de question. Si vous ne perdez pas les eaux, attendez que les contractions soient suffisamment rapprochées et/ou douloureuses. Dans le doute, rendez-vous quand même à la maternité ou appelez-là, il arrive que des contractions de travail ne soient pas vraiment douloureuses, par contre elles sont rapprochées.

Les cours de préparation à l’accouchement

Je n’en ai pas fait. Je ne peux donc pas vous en parler. Je sais que cela peut aider, donc si vous en avez l’occasion, allez-y, vous pourrez poser les questions qui vous taraudent ! La sage femme m’a appris à respirer et à me décontracter lors de mon 4ème accouchement, parce que je n’avais plus le temps pour la péridurale, et que je paniquais à l’idée d’accoucher naturellement… Pour finir cela s’est très bien passé !

La péridurale

Elles sera posée, à condition que votre dossier soit complet, et que votre col soit suffisamment ouvert. Si votre col est trop ouvert, voir effacé, il sera par contre trop tard. La péridurale fait peur, surtout à cause de sa grosse aiguille, mais elle ne fait pas mal. On vous la pose entre deux contractions, assise sur la table d’accouchement. On vous demande de faire le dos rond, c’est très rapide. Moi je n’ai rien senti, juste un fluide qui passe et qui fait du bien.

Je sais avec le recule que si la péridurale m’a soulagée des contractions, elle m’a aussi rendue malade. J’ai vomi les 3 fois, j’ai ressenti des frissons, une sensation de vertige… Puis je n’ai pas pu me lever de suite pour m’occuper de bébé. Sans péridurale, j’ai eu mal, très mal, mais je n’ai pas vomi, pas de frisson, et j’ai pu me lever de suite après l’accouchement. Ceci est une histoire propre à moi.

L’accouchement sans péridurale

Me concernant, ce n’était pas voulu, quoi que dans le fond j’ai toujours voulu accoucher comme nos ancêtres. J’ai paniqué, jusqu’à ce que la sage-femme me coach, et m’apprenne à respirer, à me détendre. J’avais toujours mal, mais je n’avais plus peur. Je comprenais enfin le concept d’accompagner la douleur. Ensuite, avec la péridurale, on se fie totalement au dire du personnel médical. On ne sait pas trop ce qui se passe, ni quand bébé va sortir. Sans péridurale, il n’y a pas de doute possible, quand bébé arrive, ça pousse tout seul. C’est puissant et soudain ! J’ai hurlé parce que j’avais peur que mon petit bout arrive sans la présence de la sage-femme pour l’accueillir. La poussée est irrépressible. On ne peut rien arrêter, ni contenir. C’est également un grand soulagement, une délivrance. Lorsque Venance est sorti, je me souviens avoir poussé un cri violent, comme dans les films. Quelle fierté pour moi maintenant que j’y repense !

Chacune son expérience

J’espère vous avoir éclairé et vous avoir aidé à appréhender cette étape de votre grossesse. Il y a autant d’histoires d’accouchement que de mamans sur terre ! N’hésitez pas à m’envoyer vos histoires, je me ferai un plaisir de les publier.

Bon courage à toutes dans cette formidable aventure !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *